D’année en année nous observons et déplorons la « fonte » visible de la petite faune et de la biodiversité à Savigny : disparition massive des pipistrelles et autres chauves-souris, hérissons, abeilles, bourdons et autres insectes servant de nourriture aux oiseaux notamment.

Il serait bienvenu de gérer, de surveiller et surtout de conserver et développer les espaces verts, les petits massifs en ville, d’assurer la protection, plus qu’urgente, des arbres que nous voyons tomber de jours en jours, autant pour lutter contre la canicule que pour préserver l’habitat des espèces variées et utiles qu’ils abritent.

Écouter et soutenir les associations bienveillantes qui font un travail énorme pour gérer, stériliser, soigner, primo-vacciner et faire adopter dans de bonnes conditions les chats errants, empêchant ainsi leur prolifération. Ceci est important pour éviter les épidémies, la reproduction intensive, c’est un problème de santé publique. Voir par exemple le travail d’une école du chat à Montreuil-sous-Bois : Lien.

Il est nécessaire qu’une mairie s’investisse pour la protection, la gestion et l’information de l’animal dans la ville, qu’il soit sauvage ou domestique, en conseillant les citoyennes et les citoyens sur leur protection : cas d’urgence, animaux errants, oiseaux blessés, les guidant vers des structures d’accueil adaptées.

Au delà, elle doit travailler à faire évoluer les mentalités sur ces problématiques et réserver une page dans le magazine de la ville sur ce thème avec également des conseils divers.