Depuis plus de 30 ans notre ville s’est repliée sur elle même. C’est d’autant plus flagrant dans le domaine culturel: Tout autour de nous, les villes environnantes se sont associées. Elles ont mutualisé leurs énergies, leurs moyens et leurs équipements et proposent à leurs habitants des programmes de proximité alliant qualité et accessibilité. A Savigny, les équipes municipales successives ont maintenu la ville isolée et n’ont pas su profiter de toutes les possibilités de services mutualisés et de subventions départementales, régionales ou nationales. Notre offre culturelle  en est apauvrie.
Il est temps de réveiller notre ville ! Nous voulons mieux et davantage pour les Saviniennes et les Saviniens : une programmation variée et ambitieuse, une prise en compte de toutes les offres culturelles de la ville, des installations de proximité accessibles et modernisées, une vraie volonté de toucher tous les publics dans leur diversité.

Une ville
sous-équipée

Savigny-sur-Orge est notoirement sous-dotée en matière d ‘équipement culturels. Tous, sans exception, ont été réalisés avant 1983, soit il y a plus de trente-cinq ans.
Seul équipement important de la commune, la salle des fêtes, est aujourd’hui vieillissante et sous dimensionnée, malgré quelques aménagements réalisés dans les années 2000. Sa capacité d’accueil, autour de 250 places, est très faible pour une ville qui comptera bientôt 40000 habitants compte tenu des nombreux programmes immobiliers en cours.
Pour faire face, la ville est contrainte d’organiser une partie des évènements importants au Centre Sportif Pierre de Coubertin. Les salles sont donc réquisitionnées plusieurs fois par an et les sportifs sont alors privés de leurs entraînements. Tout cela provoque aussi des dépenses supplémentaires pour adapter les lieux, monter et démonter les installations, protéger les équipements sportifs.

Nous avons donc besoin d’étoffer nos équipements à vocation culturelle, pour les adapter à notre population, mais aussi pour libérer les équipements sportifs et les rendre à leur vocation première.
Les investissements à réaliser permettront d’optimiser les coûts d’exploitation de nos installations, et d’augmenter la capacité d’accueil aussi bien pour le sport que pour la culture.
Ils devront se faire à partir d’une concertation avec les services et associations concernées, et en cohérence avec l’offre culturelle des communes de l’agglomération. 

On ne peut pas parler de la culture dans notre commune sans parler de son cinéma, l’Excelsior, fermé depuis plus de 10 ans. En 2014 l’actuelle majorité promettait entre autres : « Je m’engage à rouvrir le cinéma dans les 2 ans à venir » 6 ans plus tard le cinéma est toujours fermé. Cet équipement privé a pourtant bénéficié d’argent public de la commune, du département et de la région pour assurer sa rénovation. Il est maintenant indispensable de prendre ce dossier à bras-le-corps. 

 

Cinéma: des promesses 
non tenues.

L’objectif est bien de rendre aux Saviniens l’accès au cinéma à proximité, dans un bâtiment spécialement dédié au cinéma ou dans un espace polyvalent. 

La commune ne doit engager à l’avenir l’argent public que dans des partenariats sécurisés garantissant des résultats.
La programmation doit s’appuyer sur les dispositifs professionnels existants, comme le réseau Cinessonne.
 

Remettre les associations locales au cœur du projet culturel de la commune.

Les associations culturelles, tout comme les associations à vocation sociale ou sportive, sont une richesse essentielle pour une commune. Ces dernières années elles ont toutes vu leurs subventions baisser drastiquement malgré l’augmentation des impôts locaux.
Elles manquent trop souvent de visibilité dans la commune et restent méconnues par les Saviniennes et les Saviniens qui pourraient s’y investir.
Elles ont besoin de locaux adaptés et pour certaines de crénaux d’accès aux salles communales.

 

Il est donc indispensable de les aider :
• En leur rendant un niveau de moyens de fonctionnement correct
• En assurant la promotion de leurs activités au sein de la communication de la commune
• En développant des liens entre les associations et aussi avec les services qui assurent la programmation culturelle
 

Malgré une nette amélioration ces derniers mois à l’approche des élections municipales, on ne peut que constater la faiblesse de la programmation culturelle de la commune. Trop peu diversifiée dans son contenu et dans les publics visés, elle attire rarement les jeunes adultes qui préfèrent souvent fréquenter les salles de spectacles des communes voisines. En cause aussi sans doute le manque de moyens consacrés à cette programmation, et le choix de rester isolé, lorsque les communes voisines mettaient en commun leurs moyens pour bâtir une programmation culturelle de qualité. 

 

Enrichir et diversifier la programmation.

Parmi les chantiers prioritaires, il faudra donc définir une programmation en direction de tous les publics, et attractive pour les Saviniens.
Les pistes de collaboration avec les Bords de Scène, sous une forme à définir, devront être étudiées.
Doter la ville d’un équipement polyvalent qui soit à la fois salle de spectacle, de conférence, de cinéma et qui puisse accueillir les événements officiels. Un agrandissement de l’équipement actuel pourrait être une solution plus économe. 
 

Des équipements gérés par le territoire, d’autres non.

L’école municipale d’Arts Plastiques:
des besoins d’extension

La gestion de la médiathèque, elle aussi trop petite pour la 4ème ville de l’Essonne, est maintenant assurée par le territoire Grand Orly Seine Bièvre. C’est une amélioration considérable pour les adhérents saviniens qui ont désormais accès à l’ensemble des documents proposées par les médiathèques du réseau : livres, documents, films etc. On voit par cet exemple que la mutualisation des moyens a un effet bénéfique pour la population. Il restera à mieux promouvoir les services disponibles à la médiathèque, et à étudier les pistes d’agrandissement des bâtiments.

Le conservatoire est lui aussi géré par le territoire. Disposant d’une offre de formation riche et diversifiée, d’un auditorium récent, il ne lui manque qu’une meilleure visibilité dans la commune et des relations plus amples avec le milieu scolaire.

L’école d’art ne peut accueillir de nouveaux élèves faute de place. De nombreux Saviniens qui veulent pratiquer une activité artistique sont obligés de s’inscrire dans les villes voisines au tarif hors commune. Plusieurs disciplines manquent dans notre offre, comme les arts du numérique, ou la gravure pour laquelle nous dispospons d’un excellent équipement inutilisé depuis 10 ans.

La médiathèque: la faire mieux connaitre, et l’agrandir pour les besoins scolaires.

Le conservatoire: un potentiel à développer

Il est nécessaire d’augmenter la surface d’accueil de la médiathèque notamment pour permettre un meilleur accueil pour les élèves des 3 collèges et des deux lycées.
La ville doit promouvoir les collections disponibles via le réseau de médiathèques, aujourd’hui largement méconnues des saviniens.
Pour se développer encore, le Conservatoire doit amplifier ses interventions dans les écoles  de la commune.
L’école municipale d’arts plastiques peut augmenter sa capacité d’accueil:
– en ouvrant des sites de cours complémentaires
– en  réorganisant ses activités entre ateliers pour les élèves déjà aguerris et cours pour les nouveaux élèves.
– en fonctionnant en réseau avec les équivalents dans l’intercommunalité.

La montée en puissance du projet culturel de la commune est une priorité: Elle porte une part de l’attractivité de la ville, et permet indirectement de stimuler tous les secteurs : de l’éducation, au commerce, en passant par la qualité de le vie locale. Nous  devons à la fois diversifier l’offre, augmenter la surface disponible dans les bâtiments communaux, mettre tous les acteurs de la culture au service d’un même projet, qu’ils soient communaux, intercommunaux ou associatifs.

Tout cela doit se faire dans les limites d’un cadre budgétaire maîtrisé et stable, qui doit rester dans les limites de la capacité d’investissement de la commune et doit anticiper les impacts sur les frais de fonctionnement de chaque évolution des services et des équipements.

Et tout cela doit se faire dans une concertation étroite avec l’ensemble des acteurs de ce secteur et des habitants, premiers concernés. Pas question de décider d’un équipement coûteux sans avoir vérifié au préalable qu’il est adapté aux besoins.   Pas question non plus de lancer un investissement sans l’avoir dimensionné et défini à partir d’un réel dialogue avec les usagers. Pas question enfin de laisser les services de la Mairie, les services intercommunaux et les associations s’ignorer les unes les autres.

Valoriser ensemble tous les acteurs locaux de la culture, c’est démultiplier le potentiel de chacun, et le mettre au service de toutes les saviniennes et de tous les saviniens. C’est ce à quoi nous voulons nous attacher.