Menu Fermer

Cinq mois de mandat : l’heure des premiers bilans

Après avoir promis monts et merveilles pendant sa campagne électorale de l’automne dernier, la nouvelle équipe municipale se révèle incapable de réaliser ses engagements.

La sécurité qui devait être une priorité avec « le doublement des effectifs de la police municipale » n’a jamais été aussi négligée. Ainsi le budget, dans sa présentation officielle de mars dernier, ne prévoit aucun effort dans ce sens en 2022, ni en création de postes, ni en budget d’équipement. Le quartier de la gare continue de se dégrader et les faits de délinquance d’augmenter. Pour toute solution, le nouveau maire envisage de fusionner la police municipale avec deux villes voisines, faisant de Savigny un vague satellite des villes de Viry-Châtillon et Juvisy, où se prendront toutes les décisions en la matière.

Aucun nouvel équipement d’envergure n’est prévu, à l’exception des investissements déjà engagés depuis longtemps et de l’achat du cinéma que nous avions programmé. Alors que la population augmente, rien n’est fait pour combler notre retard dans les équipements destinés à la petite enfance, à la jeunesse, à la santé, à la voirie et surtout au scolaire, qui devrait être une priorité.

La maîtrise du budget est tout aussi délaissée. Les budgets de l’école Buisson déra-pent, les frais de personnel grimpent sans augmentation d’effectif, l’augmentation des dépenses d’énergie n’est pas correctement anticipée.

La modification PLU présentée comme urgente et prioritaire est reportée au mois de septembre ! Au mépris de toutes les promesses, l’urbanisation de la ville se poursuit et même s’accélère sur la base du PLU de M. Eric Melhlorn alors que nous avions laissé un dossier de modification prêt.

Quant à la démocratie locale, elle n’apparait que sur les montants de dépenses, mais pas sur le terrain : suppression de fait des conseils de quartier, des réunions d’information sans véritable concertation (cf. rue Carnot où on abat tous les arbres), un maire et une majorité qui refusent sans aucun argument toutes nos propositions, un conseil municipal qui refuse aux oppositions des moyens décents pour travailler, une information municipale devenue une propagande de campagne permanente.

Le nouveau Maire est pourtant content de lui-même. Toujours prêt à faire son propre éloge, il se pare d’adjectifs flatteurs faute de pouvoir s’appuyer sur la moindre action concrète et utile.

Nous avons ici l’exemple parfait d’un maire qui ne sert à rien.

Posté dans Tribune politique